FIRST FORTY DAYS 40 jours pour se forty-fier

Les premières semaines d’une jeune maman peuvent être vécues comme une hécatombe : vulnérabilité, fatigue extrême, angoisse, stress, émotivité, surmenage. Pas la joie. Le nombre de consultation pour dépression post-partum augmente d’année en année et en cause, la fatigue, la culpabilité face à un bébé qu’on a du mal à apprivoiser et le manque de « soins » les quarante jours qui suivent l’arrivée du bébé. On dit que le corps de la femme met neuf mois à « s’ouvrir » à la maternité, et quarante jours à se refermer, jusqu’aux relevailles, qui portent bien leur nom puisqu’à ce moment-là seulement, on aurait le droit de sortir de son lit. Welcome dans le monde du dodo post-partum.

Nous abordons ce sujet avec des pincettes nécessaires. Ce n’est pas toujours possible de mettre en stand-by sa vie de famille et sa vie pro pendant plus d’un mois, et toutes les femmes n’ont pas forcément envie de vivre ce temps cocoon avec leur bébé. Relax, c’est une super proposition de réponse à de nombreuses mauvaises expériences de maternité, mais c’est une proposition parmi d’autres. Donc no culpability, just advice.

L’épreuve que subit votre corps pendant l’accouchement est assez violente, affaiblit vos défenses immunitaires, votre résistance. Pourtant vous vous sentez en forme, capable de sortir acheter le pain, de rester debout toute la journée et de retrouver votre jean quelques jours après. Cette énergie magique ne devrait pourtant servir qu’à vous occuper de votre bébé et rien d’autre.

La théorie des « quarante premiers jours » s’interroge sur les besoins du bébé à la naissance. Si nous sommes disponible à 100 % pour lui, le socle de confiance et la bonne communication entre maman et bébé sera posé et la suite de la relation avec le papa et les autres membres de la famille facilité. Pour certains, le bébé naît avec des compétences incroyables comme dire à sa mère ce qui lui arrive : « j’ai faim, j’ai mal, j’ai peur ». Il cherche les premières semaines à comprendre comment sa maman fonctionne elle-même pour lui dire quoi faire avec lui. Si on est accaparée par autre chose, le dialogue ne se met pas en route. Si on est 100 % dispo, que le bébé se sent compris, il peut même indiquer avec des gestes ses zones d’inconfort. Les défenseurs de la quarantaine mettent en avant ce dernier point : un bébé qui sent que son potentiel est exploité est en confiance avec les autres adultes et le monde qui l’entoure. Moins d’angoisse de séparation, de peur du monde.

La théorie va plus loin puisqu’elle explore aussi les conséquences physiques désastreuses de notre reprise juste après l’accouchement : le périnée n’étant absolument pas opté pour de nouvelles aventures avant les relevailles, il risque de n’avoir aucune résistance pendant la ménopause. Le bassin et l’utérus sont en convalescence, et n’ont été conçus pour ne supporter que l’effort que notre nouveau bébé demande. Et plus besoin de vous présenter Dame fatigue intense, responsable de presque toutes les dépressions post-partum. La plupart des mamans ressentent un grand sentiment d’échec face aux objectifs qu’elles s’étaient fixées, avec l’envie de reprendre une vie au plus vite, de rester une femme, une amie, une pro, une fille, une amante. En faisant nos recherches sur le sujet, nous découvrons avec stupéfaction que les mamans ayant décidé de respecter 40 jours de repos forcé avec leur bébé, et lâcher prise, ont vécu un retour à leur vie sociale et sexuelle plus facile. Selon les témoignages, il fallait que leur corps se referme de cette maternité pour être à nouveau dispos pour le monde. Et leur bébé étant gonflé de confiance et de love parade avec sa maman, il est paré pour s’intéresser à son entourage. Et à ceux qui craignent la fusion, les pro-forty assurent que ces premiers jours ne conditionnent absolument pas la fusion entre une maman et son bébé.

« Interdiction de faire le ménage, de lancer une machine, de préparer les enfants avant d’aller à l’école, de cuisiner après avoir vidé le lave-vaisselle. »

 

Cette quarantaine ne s’improvise pas : repas congelés, tenues du bébé pour 2 mois, réserves de matériel de puériculture, garde des enfants, aide au ménage, etc. L’idée est de se comporter comme après une opération de la jambe : clouée au lit, au repos, avec des proches aux petits soins. Interdiction de faire le ménage, de lancer une machine, de préparer les enfants avant d’aller à l’école et de cuisiner un gâteau debout pendant 5 minutes après avoir vidé le lave-vaisselle. Rien. Nada. Repos. Il paraît qu’il ne faut même pas se préparer à manger ! Alors on congèle, on fait des réserves, on embauche quelqu’un qui viendra plusieurs heures par jour gérer les aînés et la popote. Difficile de se faire à cette idée, il semble que des décennies de lutte féministe nous aient conditionné le cerveau et persuadé qu’on pouvait tout faire nous-même ! Demander de l’aide (à ses proches, à ses voisins, à sa nounou) : c’est le premier principe à respecter dans le concept.

Qu’est-ce qu’on en pense ?
Il y a de très bonnes choses à piocher dans ce concept ! Beaucoup de tabous sont enfin levés, des questions importantes posées, bref, pour des sceptiques comme nous, il y a eu de bonnes surprises. Mais à ce stade de nos recherches, on ne trouve pas grand-chose sur le rôle du papa pendant les 40 jours, à part réchauffer quelques plats et remonter le plaid. Alors avant de se plonger dans une mise en quarantaine, il faut se poser les bonnes questions à deux, et savoir quelle vie de famille vous voulez vivre pendant 40 jours.

Quoi manger pendant les 40 premiers jours ?
Pruneaux (laxatif) et fruits secs (amandes, noix de cajou, pistaches) Des plats chauds et liquides plutôt que des crudités croquantes : porridge de flocons d’avoine, lentilles, pois chiches, soupes, bouillons de légumes, Infusions, thés et beaucoup d’eau !

Sites à consulter
Un site qui met en relation des jeunes mamans et des personnes prêtes à les aider les 40 premiers jours : postnatalsupportnetwork.com. Pour inspirer votre garde-manger, le site américain qui livre des plats tous bons tout prêts aux jeunes mamans les 40 premiers jours : motherbees.com.